Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Salat (namaz, prière rituelle)  >  Être excusé pour les ablutions

Taille de la police      Imprimante
 
Être excusé pour les ablutions

Question : La personne, ne pouvant pas garder ses ablutions, comment doit-elle agir ?
REPONSE
La personne ne pouvant pas garder ses ablutions, si elle a une excuse, pratique les ablutions au temps qu’elle veut. Grâce à ces ablutions, elle peut accomplir autant de salat (prière), obligatoire ou surérogatoire, qu’elle veut et elle peut réciter le Coran. Quand le temps d’une salat a expiré, ses ablutions seront automatiquement annulées. Une fois que le temps d’une salat a commencé, elle fait à nouveau ses ablutions et elle peut pratiquer toutes les adorations, jusqu’à l’expiration du temps de la salat. Excepté la prière du midi, elle ne peut pas accomplir une prière avec les ablutions qu’elle a faites avant l’arrivée du temps de cette prière. Car, quand le temps de la prière du midi arrive, le temps d’aucune prière expire.

Les excuses continuant à se produire des personnes excusées, n’annuleront pas leurs ablutions. Mais, si un autre cas, indépendant de ses excuses, qui annule les ablutions, se chez elle, ces dernières seront annulées. Et quand le temps d’une salat aura expiré, ses ablutions aussi seront annulées à cause de ses excuses. (Tahtawi)

Pour être excusé, il faut que, le cas qui annule les ablutions, se produise sans cesse. La personne, n’ayant pas du temps pour pouvoir pratiquer les ablutions et la salat, depuis l’arrivée du temps de la salat jusqu’à son expiration, à cause de ses excuses. Si les cas qui annulent les ablutions, par exemple, les écoulements tels que l’urine ou autres, le pète, le sang provenant de la blessure, du nombril, de la poitrine, l’écoulement du pus, se produisent sans cesse, c'est-à-dire qu’ils ne s’arrêtent pas pour un temps où on peut accomplir les ablutions et la salat, cette personne sera considérée comme « excusée ».

Si, après l’arrivée d’une salat, après un temps où on peut accomplir la salat obligatoire, l’excuse (le cas qui annule les ablutions) débute, on attend jusqu’à la fin du temps. S’il n’a jamais cessé, on fait ses ablutions à l’approche de l’expiration du temps de la salat et on accomplit la salat. Si après l’expiration du temps de cette salat qu’on a accomplie, l’excuse prend fin, il faudra restituer la salat qu’on a accomplie. Si, l’excuse ne cesse pas depuis le début du temps de la deuxième salat jusqu’à son expiration, on comprend que cette personne est excusée et elle n’est pas tenue de restituer la salat qu’elle a pratiquée premièrement.

Le plus convenable, est que la personne ayant des excuses, imite l’école Malikite. Car, selon cette école, s’il n’y a pas d’autres cas qui annulent les ablutions, les excuses de cette personne n’annuleront pas ses ablutions, même si le temps d’une salat expire.

Il n’est pas non plus nécessaire que l’excuse (le cas qui annule les ablutions) se produise à chaque temps d’une salat. Même si elle se produit une fois par jour ou une fois par quelques jours, ses ablutions ne seront quand-même pas annulées. La personne urinant ou pétant, sans que cela dépende d’elle avant ou après l’arrivée du temps de la salat ou si elle a un autre cas qui annule les ablutions, si elle imite l’école Malikite, celles-ci ne seront pas annihilées. (Mézahib-i Erbéa)
Remarque : Pour de larges connaissances au sujet de l’imitation de l’école Malikite, voir l’article « L’imitation d’une école est une compassion », figurant dans le dossier « Importance de madhab (école juridique) ».

Quand le temps d’une prière a expiré
Question :
La personne, imitant l’école Malikite, à cause d’une excuse, par exemple l’écoulement, la sortie de gaz, etc., est-elle tenue de pratiquer les ablutions à chaque temps d’une salat ? Dire, « Si elle est chez elle, elle est tenue de les pratiquer », est-il correct ?
REPONSE
Non, même si elle est chez elle, pratiquer à nouveau les ablutions, sera une difficulté. Déjà, pour ces excuses, afin de se libérer du fait d’accomplir les ablutions à chaque temps d’une prière, il faut imiter l’école Malikite. Quand on imite cette école, il n’est pas besoin de faire à nouveau les ablutions pour chaque temps d’une salat. L’imitation d’une autre école se fait dans des affaires qu’il est difficile à réaliser. Pratiquer à nouveau les ablutions, est une difficulté. Dans le livre intitulé Séadet-i Ebediyyé, il est écrit : (La personne suivant l’école Chafiite, si elle a le risque de toucher la personne d’autre sexe, dans les moyens de transport ou en faisant la vente, doit imiter l’école Hanéfite ou Malikite). Mais on ne peut pas dire, contrairement à ce qui est déclaré dans ce livre (Si un imitant l’école Chafiite a touché une femme dans le bus, ou au marché, qu’elle fasse à nouveau à ses ablutions s’il n’y a pas un cas qui l’en empêche.) Car dans le livre Séadet-i Ebediyyé, il est clairement déclaré que pratiquer à nouveau les ablutions est une difficulté. Il n’est pas permis d’éloigner les gens des permissions que notre religion nous a données. La signification d’un hadith est :
(Celui qui ne profite pas des permissions, aura commis un péché équivalent à la montagne d’Arafat.) [Tabarani]
 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
17 Ocak 2018 Çarþamba
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net