Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Qu’est-ce que la Sunna et la Bid’ah?  >  Qu’est-ce que la Sunna ?

Taille de la police      Imprimante
 
Qu’est-ce que la Sunna ?

Question : Que veut dire la Sunna (ou Sounna) ?
REPONSE
Le mot « sunna » s’emploie par rapport à sa position, dans des contextes différents :
1- Le mot « sunna » dans l’expression « Livre et Sunna » désigne les hadiths. Dans un hadith, il est communiqué :
(Si vous vous tenez fortement au Livre d’Allah et à la Sunna, vous ne dévierez jamais.) [Hakim]

2- Le mot « sunna » dans l’expression « fard (obligation) et sunna » veut dire les affaires (actions) que Notre Prophète faisait en dehors des actions obligatoires. Dans le hadith, il est déclaré :
(Quand Ma communauté [Oumma] se détériorera, on donnera la récompense de cent martyrs à celui qui suit ma sunna.) [Hakim]

3- Quand on emploie le mot sunna seul, il veut dire l’Islam. Dans le hadith, il est dit :
(Il arrivera un temps où, quand les gens seront corrompus, quand il apparaîtra des désordres, suivre ma Sunna [Islam] sera comme tenir le feu dans la paume de la main.) [Hakim]

4- La sunna signifie aussi la voie, la mode. Par exemple, sunna-i haséné veut dire la bonne voie, et sunna-i seyyié veut dire la mauvaise voie. Dans un hadith, il est déclaré :
(Si une personne met en place la sunna-i hasena [une bonne voie], elle atteindra sa récompense et les récompenses de celle-ci de ceux qui la pratiquent jusqu’à la fin du monde. De même si une personne met en place une sunna-i seyyié [une mauvaise voie], elle aura le péché dû à celle-ci et autant de péchés de ceux qui suivent cette voie jusqu’à la fin du monde.) [Muslim]

La sunna a aussi comme signification habitude, acte. Par exemple, l’expression « Sunnetullah » veut dire l’habitude d’Allah, l’acte d’Allah. La sunna de Hazret-i Omer veut dire l’habitude de Hazret-i Omer.

5- C’est le nom du groupe sauvé, le groupe qui est sur la bonne voie. Imam Rabbani, le grand savant islamique, ayant vécu en Inde entre 1563- 1624, déclare:
"Dans un hadith, il est communiqué: “Ma communauté [les musulmans] se fractionnera en 73 groupes dont 72 groupes iront en Enfer et un seul sera sauvé [sera sur la bonne voie] “. Ce groupe est appelé Ahl-i Sunna." (Méktubat, tome II, lettre n°67)

6- On appelle aussi « sunna », [dans la langue turque], la circoncision des enfants.

Question : Y a-t-il un inconvénient de changer (modifier) la Sunna ? Par exemple, si on dit les tasbih à la fin de la salat 44 fois au lieu de 33 fois pour avoir plus de récompenses, ceci sera-t-il grave ? Y a-t-il un inconvénient de laisser pousser la barbe d’une ou de deux empans ou de la couper trop courte au lieu d’une poignée?
REPONSE
On appelle sunna les actes que Notre Prophète a faits. Voire même on appelle aussi sunna les actes qu’il a vu quelqu’un faire et pour lesquels il n’a pas réagi, il n’a rien dit. Notre Prophète faisait ces actes ou comme adoration ou comme coutume. On appelle sunna-i zévaïd les actes qu’il a faits comme coutume. Comme le fait qu’il s’habillait avec antari long [vêtement large, descendant jusqu’aux pieds], qu’il laissait pousser ou couper ses cheveux, qu’il laissait pousser sa barbe. Si une personne raille en disant, (Notre Prophète mettait un antari comme les femmes), elle deviendra mécréante. Ou celui qui n’apprécie pas la barbe ou qui insulte ceux qui ont une barbe convenable à la sunna, en leur attribuant des mauvaises qualités à cause de leur barbe, deviennent mécréants, infidèles. Car, ils n’auront pas agréé les actes de Notre Prophète, c'est-à-dire sa sunna. Or ne pas agréer le Prophète qu’Allahu teala a créé supérieur à tous les humains et envoyé comme la miséricorde des univers, sera ne pas apprécier Allahu teala. Ça reviendra à dire (Pourquoi as-tu envoyé un Prophète comme ça ?) Et il est très clair que celui qui n’agrée pas Allah, deviendra mécréant. Dans le Coran, il est dit de faire ce que Notre Prophète a ordonné et de s’abstenir de ce qu’il a interdit. (Sourate Hachr 7)

Les jugements appartenant aux adorations (ibadet) ne changent pas avec le temps. Changer les adorations serait changer la religion, ce serait l’impiété. Un infidèle peut devenir musulman en disant une seule parole [la profession de foi]. Un musulman peut aussi devenir infidèle en disant une seule parole entraînant le blasphème, la mécréance. Celui qui n’agrée pas un ordre quelconque de notre religion, par exemple celui qui dit « Se couvrir est inutile » perd sa foi. L’importance de suivre le Messager d’Allah est très grande. Dans le Coran, il est déclaré :
(Quiconque obéit au Messager aura obéi à Allah.) [Sourate Nissa 80]

Notre Prophète communique aussi dans un hadith ayant la même signification que le verset ci-dessus :
(Celui qui m’obéit aura obéi à Allah et celui qui se rebelle contre moi, se sera rebellé contre Allah.) [Boukhari]

Dans le Coran, on déclare que l’obéissance au Messager d’Allah est l’obéissance à Allah, le rebelle contre lui est le rebelle contre Allah et les expressions telles que (L’obéissance [soumission] à Allah et à Son Messager), (Le rébellion contre Allah et contre Son Messager) figurent dans de nombreuses parties du Coran. (Sourate Nissa 13-14)

Dans les hadiths aussi, il est communiqué :
(Quiconque détourne le visage de Ma Sunna n’est pas de moi.) [Muslim]

(Lorsqu’on met en place une bid’at [innovation en matière de religion], une sunna aura disparu.) [I. Ahmad]

Ajouter quelque chose à la religion dans l’intention d’adoration est bid’at, un grand péché. Notre religion n’est pas imparfaite ou manquante. Est-ce qu’Allahu teala et Notre Prophète ont laissé un manque (une lacune), que nous, nous ferons une chose mieux qu’eux? Assimiler bid’at [innovation, modification] à l’adoration, reconnaître des lacunes dans ce qu’Allahu teala a déclaré, ne pas agréer les jugements qu’Il a mis en place, serait changer la religion. Par exemple ; c’est bid’at d’accomplir le fard (obligation) de la salat du soir qui est composée de 3 rak’a (rituels), en 4 rak’a dans l’intention d’avoir plus de récompenses en faisant plus d’adorations. Ces 4 rak’a ne suppléeront pas non plus les 3 rak’a obligatoires de la salat du soir, la salat ne sera pas du tout acceptée. Ce sera bid’at de réciter les tasbih, dans l’intention d’avoir plus de récompenses, 40 ou plus au lieu de 33 fois. Si on ne récite pas du tout les tasbih, ce ne sera pas un péché. Mai on sera délesté de la récompense de la sunna.

Insulter un livre de religion, se moquer d’un des savants islamiques et insulter une chose qu’on doit révérer et révérer une chose qu’on doit insulter entraînera le blasphème, la mécréance. Celui qui fait cela, devient mécréant, infidèle. (Risalé-i Birgivi)

Laisser pousser la barbe trop courte ou seulement sur le menton en ayant l’intention de la laisser pousser parce qu’elle est sunna, ce sera bid’at. On n’aura pas ainsi agréé la coupe de la barbe de Notre Prophète. Dans le hadith, il est déclaré : (Ceux qui ne font pas les adorations comme nous, ne sont pas des nôtres.)

Après les salat, on récite Ayet-el Kursi. Puis on récite les tasbih, ensuite on fait des invocations (doua). On peut aussi réciter, en faisant des invocations, salaten tundjina et les autres invocations. Réciter l’invocation salaten tundjina à la place d’Ayet-el Kursi, serait change la sunna, donc ce serait bid’at. On réalise les adorations comme Notre Prophète les a réalisées, comme notre école juridique (madhab) les a ordonnées. Dire (Faisons aussi ça, ajoutons-aussi cela) serait changer la religion. (Hadika)

Le hadith (Quiconque invente une chose qui ne se trouve pas dans la religion, [cette chose] est merdud [doit être rejetée]) démontre que si une croyance ou une parole ou une affaire ou un cas se présente et qu’on croit que celle-ci est la religion et l’adoration, ou si on fait un ajout ou une suppression à ce que l’Islam a déclaré et si on attend de la récompense de ce changement, ces innovations, changements seront bid’at. On n’aura pas obéi à l’Islam, on n’aura pas cru en l’Islam.

Imam Rabbani, grand savant islamique, déclare :
Parce qu’aujourd’hui les cœurs sont noircis, certains bid’at même s’ils semblent beaux, corrects, il faudra les éviter tous. On comprendra au Jour de la Résurrection qu’ils sont tous vicieux, dommageables. Dans un hadith, il est déclaré (Chaque bid’at est une déviation.) [Muslim]

La religion est un ensemble. Celui qui n’agrée pas un de ses jugements ou qui le change devient infidèle. Par exemple, celui qui n’apprécie pas aussi la barbe sunna, deviendra mécréant. S’il ne pratique pas l’ordre de la religion, malgré qu’il l’apprécie, il ne devient pas infidèle. Celui qui change la sunna, deviendra un dévié. (Hadika, Birgivi Vasiyetnamési, Mektubat-i Rabbani)

Question :
Que veut dire (se tenir, s’attacher à la Sunna) ?
REPONSE
Dans un hadith, il est déclaré :
(Quand les différends [séparations] apparaîtront au sein de ma communauté, tenez-vous en à ma sunna et à celle de Koulahafa-i Rachidin [les Bien-Guidés qui sont les 4 premiers califes].) [Tirmizi]

Ce hadith annonce que divers différends apparaîtront au sein de cette communauté (oumma) et ordonne de suivre, devant ces différends, la sunna du Messager d’Allah et de ses Quatre Califes. Sunna veut dire les paroles, toutes les adorations, actes, croyances, morales du Messager d’Allah et les actions lors desquelles il a gardé le silence et qu’il n’a pas empêchées. Dans un hadith, il est déclaré :
(Quand la discorde apparaîtra au sein de ma Communauté, on donnera la récompense de cent martyrs à celui qui se tient à ma Sunna.) [Hakim]

C'est-à-dire qu’on donnera la récompense de cent martyrs, à celui qui suit la Sunna de Notre Prophète (alaihisselam) au temps où on ne respecterait plus les limites imposées par l’Islam en suivant sa raison et son âme. Car, suivre l’Islam au temps de la discorde, sera difficile comme faire la guerre contre les mécréants.

Ça veut donc dire que comme au début de l’Islam, la plupart des gens, ne connaissaient pas l’Islam, le blâmaient, vers la fin du monde aussi, ceux qui connaissent la religion seront moins nombreux. Ces personnes corrigent ma sunna qui est corrompue après moi. Pour ce faire, ils ordonnent le bien et empêchent le mal. Ils deviennent des exemples à suivre la Sunna c'est-à-dire l’Islam. Ils écrivent d’une façon correcte les connaissances de l’Islam et essayent de propager les livres d’Islam. Peu de gens écouteraient ces personnes et beaucoup de gens les contesteraient.

Qu’est-ce que la Sunna ?
Question :
Dans le livre intitulé Ashab-i Kiram, publié par la Librairie Hakikat, il est écrit :
« Quand, le Messager d’Allah suite à son relèvement de l’inclinaison dans la salat (namaz=prière rituelle), a dit (Semi Allahu limen hamideh= Allahu teala accepte la louange de celui qui le louange), Hazret-i Mouaviya, un des compagnons de Notre Prophète, qui se trouvait à la première rangée, a dit (Rabbéna Lekel Hamd= Le Louange à notre Seigneur qui accepte notre louange.) Notre Prophète a apprécié cela. Dire ceci est devenu sunna jusqu’à l’Apocalypse. Quel grand bonheur, bienfait d’être apprécié par notre Prophète. Être aussi la cause d’une parole que les musulmans diront jusqu’à la fin du monde, est aussi une autre vertu. »
Comment, la parole d’un compagnon peut-elle être sunna ?
REPONSE
Sunna ne veut pas seulement dire les actes que Notre Prophète a faits. S’il voit quelqu’un faire quelque chose et qu’il ne dit rien ou s’il dit (faites cela), cette chose aussi sera sunna. Ici, son appréciation pour cet acte, son consentement à cet acte et, par après, son ordre de le faire, montre que cette action est sunna.
 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
22 Mayýs 2018 Salý
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net