Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Qu'est-ce que la preuve pour nous  >  Tout le monde peut-il comprendre les hadiths?

Taille de la police      Imprimante
 
Tout le monde peut-il comprendre les hadiths?

Question: Les savants de hadith sont aussi des humains. Ne peuvent-ils pas écrire des hadiths apocryphes?
REPONSE
Il faut bien savoir qu'il n'y a aucun hadith apocryphe dans aucun livre des savants en hadith. Car ces savants connaissaient très bien la responsabilité de rapporter (communiquer) des hadiths apocryphes. Le hadith est une science. Qu'est-ce que la signification qu'on vise dans le hadith dont il est question. Dire, sans savoir, tout de suite "apocryphe" sera une grande calomnie (dévoilement) au savant de hadith dont il est question. Par exemple, un ignorant, peut, en regardant le hadith (L'avare, même s'il accomplit beaucoup d'adorations, n'entre pas au Paradis. Le généreux, même s'il commet beaucoup de péchés, n'entre pas en Enfer), croire qu'il n'est pas besoin d'avoir la foi, de pratiquer la salat (namaz=prière rituelle), de jeûner et qu'on peut entrer Paradis du moment qu'on est généreux. Nos savants expliquent ce hadith comme suit: Si la personne généreuse n'a pas la foi, elle reste éternellement en Enfer. Si elle la possède et que si ses récompenses sont plus nombreuses que ses péchés, elle ira au Paradis. "L'avare n'entre pas au Paradis" ne veut pas dire qu'il ne peut jamais y entrer. Ça veut dire: (L'avare ne peut pas entrer au Paradis tant qu'il ne subit pas la peine de son péché.) Voire même si ses récompenses sont plus nombreuses que ses péchés, il entre au Paradis sans entrer en Enfer. Il peut aussi entrer au Paradis en atteignant le pardon et le chafaat (intercession).

Le hadith (Celui qui contente ses parents, n'entre pas en Enfer, celui qui les blesse, n'entre pas au Paradis) est aussi pareil. La personne qui contente ses parents, si elle est mécréante, ne pourra jamais entrer au Paradis. Fût-elle musulmane, si elle ne pratique pas la salat, si elle ne jeûne pas, si elle ne s'abstient pas des interdictions de la religion, mais qu'elle contente ses parents, cette personne peut-elle entrer tout de suite au Paradis? Evidemment ne pourra-t-elle pas y entrer. Donc, si elle a les conditions que doit posséder un musulman, elle peut alors entrer au Paradis. Et "celui qui blesse ses parents ne peut pas entrer au Paradis" veut dire blesser les parents musulmans qui ont raison. Si un père est blessé par son fils, parce que celui-ci ne boit pas d'alcool, cet enfant ne peut-il pas entrer au Paradis? Evidemment y entre-t-il. On écoute les paroles des parents convenables à la religion. On n'applique pas leurs ordres qui sont contraires à la religion. Une personne suivant les autres ordres de notre religion, même si elle n'écoute pas les ordres légaux de ses parents, entre, après avoir subi la peine de ce péché, au Paradis. "Il n'entre pas au Paradis" veut dire: il ne peut pas y entrer sans subir la peine de son péché ou sans atteindre l'intercession (chafaat).

Le hadith (Celui qui prend le bien de l'orphelin [par injustice], ne peut pas entrer au Paradis) est aussi pareil. Ça veut dire qu'il ne peut pas entrer sans subir la peine de son péché. Sinon, ça ne signifie pas qu'il ne peut jamais entrer. Un musulman dont les péchés sont plus nombreux que les récompenses et s'il n'est pas atteint le pardon ou l'intercession, ira au paradis après avoir subi la peine de son péché. La personne qui n'a pas la foi, qu'elle fasse quoi que ce soit, son aucune bonté ne pourra la sauver de l'Enfer.

L'expression "Il n'est pas croyant" passant dans le hadith (Celui qui se couche en étant rassasié alors que son voisin a faim, n'est pas croyant), ne veut pas dire qu'il est mécréant. Ça veut dire qu'il n'est pas un musulman mûr, parfait. Un musulman, même s'il se couche alors que son voisin a faim, même s'il ne considère pas la calamité comme un bienfait mais comme une calamité, il est quand-même musulman, il entrera, fût-ce en retard, par après, au Paradis. Les hadiths communiquent que ceux qui sont comme ça, ne sont pas des personnes correctes.

L'expression (Il n'est pas de moi, il n'est pas des nôtres) figurant dans les hadiths (Celui qui ne tue pas le serpent parce qu'il en a peur, n'est pas des nôtres), (Se marier est sunna; celui qui ne suit pas ma sunna n'est pas de moi) ne veut pas dire "mécréant". Cela veut dire que ces personnes n'auront pas suivi la sunna. Ce ne sera pas un péché de ne pas se marier ou de ne pas tuer le serpent. Nombre de biens-aimés d'Allahu teala (awliya) ne se sont pas mariés. Voire il se peut que ce soit plus convenable de ne pas marier dans le temps d'ahir (de notre temps).

L'expression "le pélerinage (hajj)" dans le hadith (Deux rak'a [rituels] de la salat -namaz- de kouchluk équivaut à un pélerinage [hajj] et à un oumré.) est évidemment le pélérinage surérogatoire. La salat [prière rituelle] de kouchluk est surérogatoire. L'adoration surérogatoire, n'est même pas, auprès de l'adoration obligatoire, une goutte dans la mer.

[La salat de koucluk est une prière surérogatoire qu'on pratique après un certain temps du lever du soleil.
Oumré veut dire visiter la Kaaba en dehors du temps de pélerinage, ce qui est une adoration surérogatoire.]

Ce qu'on entend par tous les péchés dans le hadith (Tous les péchés de celui qui pratique l'ablution mineure -woudou- seront pardonnés) sont les petits péchés. Les péchés de ceux qui ne pratiquent pas la salat et qui ne s'abstiennent pas des interdictions de la religion, seront-ils pardonnés? Les péchés capitaux et les droits d'autrui ne se pardonnent pas tant qu'on les paye pas. C'est aussi une condition d'avoir la foi correcte, de s'abstenir des interdictions et d'avoir l'intention pour cette adoration, pour atteindre la récompense de l'adoration surérogatoire.

Que veut dire "Il n'est pas des nôtres?"
Question:
Dans certains hadiths (Celui qui ne fait pas ceci n'est pas des nôtres ou n'est pas de moi) déclare-t-on. Cela, veut-il dire (Il n'est pas musulman, il est mécréant)? Les hadiths ci-dessous sont-ils dits dans cette signification?
REPONSE
Certains sont le blasphème, d'autres strictement interdits (haram) et d'autres makrouh (répréhensibles). Leur signification, selon les livres précieux, est:
1- (Celui qui n'ordonne pas le bien et qui n'empêche le mal [c'est-à-dire celui qui n'ordonne pas aux musulmans de faire le bien et de s'abstenir des péchés: amr-i marouf] n'est pas des nôtres.) [Tirmizi] (Faire amr-i marouf est une obligation pour la communauté [fard-i kifayé]. Si on ne fait pas emr-i marouf dans un endroit, tout le monde, ayant la possibilité de le faire, sera responsable. C'est-à-dire il aura commis un péché.)

2- (Celui qui ne fait pas ses adorations comme nous, n'est pas des nôtres.) [Miftah-ul Djénnet] (Accomplir ses adorations d'une façon contraire à la sunna est une déviation -bid'at-. Une partie des bid'at est makrouh (répréhensible), une autre partie est défendue et une partie est le blasphème [apostasie]).

3- (Celui qui dévoie, séduit la femme, la fille des autres n'est pas des nôtres.) [I. Ahmad] (C'est strictement interdit.)

4- (Celui qui ne tue pas le serpent parce qu'il en a peur, n'est pas des nôtres.) [Abou Dawud] (Celui qui ne tue pas le serpent, alors qu'il en la possibilité, parce qu'il a peur des serpents, n'aura pas suivi la sunna, aura commis un makrouh.)

5- (Celui qui admet le racisme n'est pas des nôtres.) [Abou Dawud] (Il n'y a pas de racisme dans notre religion. Il n'y a pas d'inconvénient à aimer une race. On ne peut pas dire "Un Turc chrétien est mieux qu'un Arabe musulman". Dire ça est le blasphème.)

6- (Celui qui ne coupe ses ongles n'est pas des nôtres.) [I. Ahmad] (Il n'aura pas suivi la sunna, il aura commis un makrouh.)

7- (Celui qui pratique la magie et qui la fait faire et celui qui croit à cela n'est pas nôtres.) [Bazzar] (Pratiquer la magie est strictement interdit. Croire de façon suivante "Le magicien peut évidemment faire, grâce à la magie, ce qu'il veut, la magie provoque sûrement des effets" entraine le blasphème. Il faut dire: "Si Allahu teala a désiré, la magie peut provoquer des effets.")

8- (Celui qui nuit au musulman, qui lui fait des fraudes et qui le séduit, n'est pas des nôtres.) [Muslim] (Faire ces actions est strictement interdit.)

9- (Celui qui déchire ses vêtements, qui crie, lamente, lorsqu'il est atteint par une calamité, n'est pas des nôtres.) [Bukhari] (C'est interdit de se rebeller, de se lamenter contre la calamité. Devenir triste, pleurer, sans que cela dépende de soi, est permis.)

10- (Celui qui n'apprend pas la science n'est pas des nôtres.) [Deylemi] (Ne pas apprendre les sciences qu'il faut obligatoirement connaitre [fard-i ayn] est strictement interdit.)

11- (Celui qui fait vivre sa famille dans la difficulté, alors qu'il a les moyens, n'est pas des nôtres.) [Djami-us-sagir] (C'est interdit.)

12- (Celui qui essaye de ressembler au sexe opposé n'est pas des nôtres.) [I. Ahmad] (C'est strictement interdit.)

13- (Celui qui ne se marie pas n'est pas de moi.) [Ibni Madjéa] (Celui qui ne se marie pas sans excuses n'aura pas suivi la sunna. Ne pas se marier, avec une excuse, de notre temps n'est pas contraire à la sunna.)

14- (Celui qui ne répond à la salutation n'est pas des nôtres.) [I. Sunni] (Répondre à la salutation est obligatoire. Ne pas la répondre est défendu.)

15- (Celui qui pratique le woudou [ablution mineure] après avoir accompli le ghousl [la grande ablution] n'est pas des nôtres.) [Abou Dawud] (Celui qui accomplit le ghousl, aura en même temps accompli le woudou. Pratiquer une ablution mineure sans utiliser l'ablution précédente est répréhensible -makrouh-.)

16- (Celui qui nous tend l'arme n'est pas des nôtres.) [Bukhari, Muslim] (Tuer le musulman, parce qu'il est musulman, entraine le blasphème. Mais se battre avec un musulman pour d'autres raisons, le tuer n'est pas le blasphème. Entre Ashab-i Kiram (les compagnons de Notre Cher Prophète), il y a eu des gens qui se sont combattus. Timour Khan (Tamerlan), qui était un sultan musulman, s'est battu avec d'autres sultans musulmans. On ne peut pas dire "mécréant" aussi pour les deux parties. La signification d'un ayat est:
(Si, deux groupes des musulmans se combattent, arrangez-leur différend, faites la conciliation entre eux.) [Sourate Hujurat 9]

17- (Ne ressemblez pas aux aux Juifs et aux chrétiens. Celui qui ressemble à un autre que nous, n'est pas des nôtres.) [Tirmizi] (Il est permis de ressembler aux mécréants dans les coutumes qui ne sont pas interdites. Il est permis de mettre la chemise, la cravate, la veste comme eux. Leur ressembler, par la voie de croyance est le blasphème. Par exemple, mettre une croix en croyant qu'elle est bénie, assister à leur adoration et faire les adorations comme eux, sera le blasphème.)
 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
18 Temmuz 2018 Çarþamba
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net