Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Les connaissances de la foi correcte  >  Foi et Islam  >  Commettre des péchés et la foi

Taille de la police      Imprimante
 
Commettre des péchés et la foi

Question : Commettre des péchés et continuer à en commettre ne sera-t-il pas la cause de mourir en ayant perdu sa foi ?
REPONSE
Commettre des grands péchés et continuer à en commettre peut amener au blasphème et peut être la cause de la perte de sa foi au moment de mort et mourir ainsi sans foi.

Question : Quels sont les grands péchés ?
REPONSE
Certains des grands péchés sont :
1- Être dévié (bid’at), ne pas être dans la bonne voie, ne pas avoir la bonne croyance.
2- Continuer à commettre des péchés.
3- Ne pas louanger pour le fait d’être musulman.
4- Ne pas craindre de mourir en ayant perdu sa foi.
5- Faire l’oppression, la persécution.
6- Être irrespecteux, insurgé, mutin envers ses parents.
7- Jurer trop même si ceci est vrai. [C'est-à-dire qu’on ne ment pas en jurant. Mais même jurer ainsi trop, est un grand péché.]
8- Ne pas accorder de l’importance à apprendre soi-même et à ses enfants, à sa famille, la salat (namaz, prière rituelle).
9- Boire des boissons alcoolisées.
10- Feindre, simuler, en faux, awliya (bien-aimé d’Allah).
11- Considérer son péché comme “ petit ».
12- S’admirer soi-même.
13- Se voir haut avec sa science et sa pratique.
14- Envier les autres, être jaloux des autres.
15- Dire “ bonne » pour une personne sans l’avoir éprouvée.
16- Continuer à mentir, à dénigrer les autres.
17- Être loin [ne pas lire] des livres des savants d’Ahl-i Sunna.
18- Torturer son voisin même s’il est infidèle.
19- Se fâcher trop pour les affaires mondaines.
20- Faire de la magie.
21- Arrêter de visiter ses proches pieux et mahram. [Mahram signifie les proches avec lesquels il est toujours interdit de se marier. Par exemple, pour un homme, la sœur de sa maman est sa proche, et pour une femme le frère de son père est son proche.]
22- Ne pas aimer les bien-aimés d’Allahu teala et aimer ceux qu’Il n’aime pas.
23- Avoir la haine envers son frère religieux plus que 3 jours.
24- Commettre l’adultère (ou la fornication) et l’homosexualité, la pédérastie et sodomiser.
25- S’habiller en étant non couverte. [Pour les femmes, il est obligatoire de couvrir tout le corps sauf le visage et les mains quand elles sortent et quand elles sont près des hommes étrangers. Pour les hommes, il est obligatoire de couvrir la partie entre le nombril et les genoux.]
26- Être assassin, assassiner les autres.
27- Voler.
28- Utiliser des articles des stupéfiants.
29- Usurper, être usurpateur.
30- Manger ouvertement, devant le public, au mois du Ramadan durant les journées.
31- Donner, sans nécessité, des intérêts.
32- Manger la fortune de l’orphelin sans raison, avec injustice.
33- Faire des fraudes, ruser au niveau de la mesure et de la balance (du poids).
34- Pratiquer la salat (namaz, prière canonique) avant ou après son temps.
35- Briser le cœur d’autrui.
36- Prendre le pot-de-vin.
37- Ne pas donner l’aumône (zakat) et l’uchur [1/10ème des récoltes] de ses biens.
38- Brûler l’animal vivant.
39- Oublier, après avoir appris à lire le Coran, de le lire.
40- Perdre son espoir en la miséricorde d’Allah.
41- Faire la trahison, être perfide.
42- Ne pas aimer n’importe quel d’Ashab-i Kiram (les compagnons de notre Prophte alaihisselam).
43- Dire “ mauvaise femme » pour la femme honnête, chaste.
44- Véhiculer (divulguer) des paroles entre les musulmans.
45- Découvrir sa partie avret et regarder la partie avret d’un autre. [Avret veut dire la partie du corps qu’il est obligatoire de couvrir pour la salat (namaz, prière rituelle) et près des autres.]
46- Trahir la chose confiée.
47- Pratiquer l’avarice, être avare.
48- S’enticher le monde.
49- Ne pas avoir peur de la peine d’Allahu teala.
50- Ne pas reconnaître interdit=illicite (haram) comme interdit=illicite, licite (halal) comme licite.
51- Croire aux augures des voyantes, des diseurs de bonne aventure.
52- Regarder la femme, la jeune fille étrangères c'est-à-dire l’interdiction.
53- S’habiller, pour les femmes, avec des vêtements propres aux hommes et s’habiller, pour les hommes, avec des vêtements propres aux femmes.
54- Jeter à la tête, reprocher le bien qu’on a fait.
55- Jurer sur un autre qu’Allah. Par exemple dire “ Que j’embrasse le mort de mon enfant ».
56- Continuer à commettre le petit péché.
57- Rester djunub aussi longtemps que pour rater une salat (namaz, prière rituelle). [Djunub veut dire la personne qui n’a pas pratiqué la grande ablution (gousul) alors qu’il la doit obligatoirement (par exemple celui qui a eu des relations sexuelles.]
58- Jouer des instruments de musique et les écouter.
59- Se suicider.
60- Ne pas apprendre sa religion [c'est-à-dire l’Islam].

Considérer le péché “ sans importance »
Question : Que veut dire “ considérer le péché sans importance », comment cela se fait-il ?
REPONSE
Beaucoup de personnes ne savent pas ce qu’est considérer le péché sans importance, à cause de cela, elles disent “ infidèles » aux pécheurs. Par exemple, il est erroné de dire (Celui qui continue à boire de l’alcool, s’il accordait de l’importance qu’il est défendu, il ne le boirait pas ; la femme qui se promène en étant non couverte, si elle accordait de l’importance à ce sujet, elle se couvrirait. Alors ceux-ci, comme ils ne deviennent pas tristes à cause de leur péché c'est-à-dire parce qu’ils considèrent sans importance l’interdiction [haram], ils deviennent infidèles).

Celui qui ne devient pas triste pour son péché, qui n’accorde pas d’importance à ne pas braver l’interdiction devient infidèle mais que veut dire être triste, ne pas accorder de l’importance ? Par exemple si une femme, qui pratique sa salat (namaz, prière rituelle 5 fois par jour), qu’elle reconnaît que se promener en étant découverte est un péché, si elle dit (Se couvrir est l’ordre d’Allah, si nous nous couvrons, ce sera mieux, mais de notre temps, nous ne savons pas nous couvrir), on ne dit pas “ infidèle » à cette dame. Comme cet exemple, si une personne qui boit de l’alcool dit (Boire de l’alcool est défendu mais nous en sommes habitués, nous n’arrivons pas à l’abandonner), on ne dit pas non plus infidèle à cette personne. Au contraire, si un individu qui ne boit jamais d’alcool dit (Ce n’est pas un péché de boire un verre du vin) il entrainera le blasphème. Ou en disant (Tout le monde se promène en étant découverte, que se passe-t-il, nous aussi, nous nous promenons dans cet état, tout le monde boit, nous aussi, nous en buvons, cela n’aura pas de dégâts tant qu’on ne devient pas ivre) considèrer comme sans importance l’interdiction sera le blasphème.

La colère d’Allahu est cachée dans les péchés. Il peut, à cause d’un péché, faire subir une grande peine. Il peut mettre éternellement en Enfer une bonne personne qui accomplit des adorations pendant cent mille ans. Par exemple Ibliss (Satan) qui s’était soumis aux ordres d’Allah depuis cent mille an, parce qu’il n’est pas prosterné à cause de l’orgueil, restera éternellement en Enfer. Le fils d’Adem (Adam) alaihisselam, parce qu’il a tué un homme, restera éternellement en Enfer. Belam-i Baura dont chaque invocation était acceptée, parce qu’il est penché vers un péché, est parti de ce monde sans foi. Karuh, parce qu’il ne s’est pas acquitté de l’aumône (zakat), a péri avec sa fortune. Alors, il faut éviter, fuir chaque péché. Dans un hadith, il est déclaré : (S’enfuir d’un petit péché est mieux que l’addition des adorations de tous les humains et djinns.)

Quand on commet un péché, il ne faut pas perdre l’espoir, il faut sur le champ se repentir. Le musulman ne doit pas perdre son espoir en la miséricorde d’Allah mais en même temps il doit aussi Le craindre beaucoup. Dans un hadith ( Si dans le cœur du musulman, il y a la peur et l'espoir, Allahu teala le fera atteindre à ce qu'il espère et le protégera, le rendra sûr de ce qu'il a peur.) est-il déclaré. C'est-à-dire si un musulman craint la peine d’Allah, il ne perd pas en même temps son espoir en sa miséricorde, et s’il s’abstient des interdictions et qu’il essaye de pratiquer les adorations, celui-là entrera au Paradis.

L’homme, même s’il commet le plus grand péché, ne doit pas perdre espoir en la miséricorde d’Allahu teala. Voire même si un infidèle enragé, s’il se repent et dit “ La ilahé illallah Mouhammedun resulullah », tous es péchés seront pardonnés, il deviendra un humain tout pur. C'est-à-dire il n’existe pas de péché dans le monde qu’Allah ne pardonne pas. Il pardonne aussi le chirk c'est-à-dire l’infidèlité, l’incrédulité. Mais après la mort, il n’y a pas de pardon pour les infidèles. Dans le Coran, il est déclaré : (Ne perdez pas votre espoir en la miséricorde d’Allah, Allah pardonne tous les péchés.) [Sourate Zumer 53]

Nous ne pouvons pas savoir le contentement ou la colère d’Allah se trouve dans quelle action, parole. C’est la raison pour laquelle, il ne faut mépriser aucune parole, aucune bonté et voir, considérer “ petit » aucune méchanceté. Allahu teala a caché son contentement dans les bonnes actions et sa colère dans les péchés. Un péché auquel on n’accorde pas d’importance peut être la cause à la colère d’Allah. C’est pour cette raison que nous devons faire attention à notre parole. Nos ancêtres ont dit (Il y a la parole qui termine l’affaire, il y a la parole qui fait perdre la tête.)

Ne pas pratiquer les adorations, ne pas éviter de braver les péchés noircissent le cœur de l’humain, l’amène au blasphème, il devient infidèle. L’ensemble des péchés parce que ne pas écouter l’ordre d’Allah est grand. Ibni Munkedir pleurait au bord du mort, à ses derniers instants. On lui a demandé la raison. Il a répondu : Je n’ai pas commis intentonnellement un grand péché. Je pleure parce que j’ai peur qu’un petit péché que je considérais comme sans importance pourrait causer la colère d’Allah. Avoir peur comme cela est une cause de salut du musulman. Car dans un hadith (Allahu teala déclare au Jour du Jugement : Sortez de l’Enfer celui qui s’est rappelé une fois de Moi au monde, celui qui a peur une fois de Moi.) est-il dit.

Un avertissement très important
Que ce soit l’homme ou la femme, chaque musulman, dans chaque affaire, dans chaque parole, doit suivre les ordres d’Allahu teala c'est-à-dire les obligations (fard) et ses interdictions c'est-à-dire les haram. Celui qui n’accorde pas d’importance à suivre une obligation ou à éviter une interdiction perd sa foi. La personne sans foi subira la peine dans la tombe. Dans l’autre monde, elle ira en Enfer. Elle y brûlera éternellement. Il n’y a pas de moyen et probabilité à ce qu’elle soit pardonnée, à ce qu’elle soit sortie de là. Il est très facile de tomber dans le blasphème. On peut, dans chaque action, dans chaque parole, tomber dans le blasphème. Il est aussi très facile de se sauver du blasphème. Même si on ne sait pas la cause du blasphème, si on se repent en disant une fois chaque jour : Ô mon seigneur ! Je me suis repenti si j’ai, intentionnellement ou pas, dit une parole ou une action qui entraîne le blasphème. Pardonne-moi », si on prie Allahu teala, on sera certainement pardonné. On sera sauvé d’aller en Enfer. Pour ne pas brûler éternellement en Enfer, il faut, chaque jour, certainement se repentir. Il n’y a pas de devoir plus important que ce repentir. Quand on se repent pour les péchés auxquels se mêlent des droits d’autrui, il faut les payer et quand on se repent pour les salat (prières canoniques, namaz) ratées, il faut aussi les rattraper c'est-à-dire les pratiquer. (Séadet-i Ebediyyé)
 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
17 Kasým 2019 Pazar
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net