Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Les connaissances de la foi correcte  >  Chirk (Associationnisme) et les paroles dangereuses  >  Différentes Questions sur les Paroles Dangereuses

Taille de la police      Imprimante
 
Différentes Questions sur les Paroles Dangereuses

Question: On dit que celui qui dit; “Makhalakallah, lorsqu’il voit beaucoup de choses, devient kafir, même s’il n’en connait pas le sens”. Quel est le sens des expressions suivantes; “Lorsqu’il voit beaucoup de choses”?; “Makhalakallah”? et “Même s’il n’en connait pas le sens”?
REPONSE:
Lorsqu’il voit beaucoup de choses, s’il voit un nombre important de choses. Par exemple, s’il voit des milliers de poissons dans la mer, des milliers d’oiseaux dans le ciel. Makhalakallah, signifie; Allah a créé tellement de choses. On dit makhalakallah, c’est-à-dire, “que de nombreuses choses Allah a créé”, pour exprimer l’émerveillement lorsque l’on voit plein de poissons en mer.

Il devient mécréant “Même s’il ne connait pas le sens de makhalakallah”, veut dire suivant le deuxième sens de makhalakallah,” Allah n’a pas créé”. Par exemple, si une personne voit les poissons en mer, les oiseaux et qu’il dit; Makhalakallah, dans le sens de;” Allah ne les a pas créés”, alors oui, c’est du kufr. Car, C’est Allah qui a tout créé. Il veut dire dans l’expression que, avant de prononcer une parole, il faut cela veut dire.

Nier le fard et le wajib
Question:
On sait que c’est du kufr de contester le hadis mutawatir comme le fard; mais, pourquoi alors, celui qui réfute la nécessité du wajib qui est plus fort que la sounna, ne devient pas kafir?
REPONSE:
Réfuter le Hadis mutawatir, revient à renier notre cher Prophète. Ceci est du kufr, mais réfuter le fard et le wajib qui a été trouvé par l’ijtihad n’est pas du kufr. Par exemple: Le sacrifice du Qourbane est wajib, mais c’est sounna dans les trois autres madhhabs. Est-ce qu’on peut leur reprocher de contester le wajib, car ils considèrent que c’est sounna? Alors que un Hanafite devient hérétique (sans madhhab) s’il réfute le wajib, car il aura rejeter son propre madhhab.

Il est fard (obligatoire) de laver l’intérieur de la bouche chez les Hanafites, mais c’est sounna chez les Malikites et Chafiites. Les Malikites et Chafiites ne désavouent pas le fard, mais si un Hanafite le réfute, il aura désavoué le jugement de son propre madhhab. Quiconque conteste les jugements de son propre madhhab devient au minima un hérétique (sans madhhab). Il peut aller jusqu’au kufr, il peut devenir kafir.

Dire le miracle de Allah
Question:
Est-il djaiz (permis) de dire; Le Miracle de Allah?
REPONSE:
Même si cela est permis, il faut néanmoins employer chaque mot adéquatement. Il est mieux de dire; Le Pouvoir de Allah, la Sagesse de Allah. C’est Allahu Téâlâ qui crée tous les phénomènes surnaturels, appelés prodiges, tels que; le sihr, l’istidradj, karamat, le miracle. Les Prophètes, par le pouvoir et la volonté de Allah, sont sujets à beaucoup de phénomènes extraordinaires. C’est Allahu Téâlâ qui créé les miracles accomplis par les Prophètes. Après que Allahu Téâlâ fit connaitre les miracles qu’IL donna à Ses Prophètes, IL dit: “Et c'est Nous qui sommes le Faiseur”. [Anbiya 79]

Allahu Téâlâ pour récompenser, favoriser Ses bien-aimés et pour humilier, tromper Ses farouches ennemis, crée des phénomènes surnaturels en dérogeant à Ses coutumes.

1- On nomme (Miracle) les phénomènes surnaturels qui se produisent par les Prophètes.

2- On appelle (Kéramat) prodiges, les phénomènes surnaturels qui proviennent des Awliyas (Saint serviteur).

3- On nomme (Firaset), les phénomènes surnaturels produit par des croyants (mu’mine) qui ne sont pas des Saints.

4- On nomme (İstidratche), les phénomènes survenant des grands pécheurs, dévoyés et des fasiq (pervers). C’est une calamité déguisé en bienfait par Allahu Téâlâ pour les tromper. Ceci est la cause de sa perdition.

5- On qualifie de (Magie, sortilège, ensorcèlement) les prodiges provenant des incroyants.

Pour l’amour de Allah
Question:
Si quelqu’un nous demande de faire quelque chose pour l’amour de Allah. Est-ce qu’on est obligé de la faire?
REPONSE:
Même si ce n’est pas un péché de refuser de faire ce qu’on vous demande, il est tout de même préférable de la faire, si c’est une action mubah. Par contre, il n’est pas convenable de demander une chose en disant “pour l’amour de Allah”.

Les personnes qui utilisent cette expression sont maudites, selon le hadis chérif. [Hadika]

Le don de Allah
Question:
Est-ce permis de dire d’une chanteuse qui a une belle voix, c’est un “don de Allah”?
REPONSE:
Oui, ça l’est. Hazret Bilal Habechi avait aussi une très belle voix, c’était un don de Allah. Notre cher Prophète (aleyhissélam) lui demandait de faire l’appel à la prière, en disant: “Ô Bilal, apaise nous avec ta belle voix!”. Avec une belle voix on peut aussi bien psalmodier le Qour’an kérim, faire l’adhan, réciter les anasheeds, que commettre un péché. Le fait qu’on dise à une femme qui laisse paraitre ses atouts; quelle belle femme ou quelle belle voix elle a, c’est un don de Allah, ne veut pas dire que l’on vante le péché. Cependant, il est dangereux de dire; quelle belle chanson, à une chanson qui comporte des péchés. C’est pourquoi, il vaut mieux éviter de dire de telles paroles.

Quoi de neuf?
Question:
Est-ce qu’on peut répondre avec des expressions telles que; “Tout va bien, ça baigne”, lorsqu’on nous demande si ça va? Car, selon certains, on doit répondre par; “Allah est unique, IL n’a pas d’associé”.
REPONSE:
La première façon de répondre est convenable. Quant à la seconde réponse, ce n’est pas répondre à la question qu’on nous est posée? Car, si on demandait à quelqu’un, Es-tu seul à la maison? et que celui-ci nous réponde; “Seul, Allah est tout seul”, aura-t-il répondu à la question? Ce sont des paroles inventées de personnes ignorant la religion.

Dire; Allah n’a pas de bâton
Question:
Est-ce du kufr de dire; Allah n’a pas de bâton?
REPONSE:
Cela dépend de l’intention, ce n’est pas du kufr si on l’interprète. Ce n’est pas du kufr quand c’est dit dans le sens de punir le pécheur, le traitre, l’assassin. Il n’est pas convenable d’utiliser de telles paroles dans le sens ou Allah aurait un défaut.

Dire de quelqu’un que c’est; “Une bonne personne, quelqu’un de bien”
Question:
Est-il permis de dire; “C’est une bonne personne ou c’est quelqu’un de bien”, en parlant d’un non-musulman ou d’un pécheur qui ont un bon caractère ou qui sont sérieux dans leur travail?
REPONSE:
Une bonne personne, quelqu’un de bien; est une personne vertueuse. Celui qui n’est pas Musulman, qui a une croyance déviée ou qui est fasiq, c’est-à-dire; qui commet ouvertement des péchés, sans retenue, ne peut pas être une personne vertueuse. On peut louer la qualité ou le travail d’une personne, si un non musulman ou un fasiq est quelqu’un de bon ou qui excelle dans son travail. Par exemple, il est permis de dire; ( C’est quelqu’un de très généreux, bienfaisant, c’est un professionnel dans son travail. C’est un bon avocat, un bon docteur, un bon architecte, etc..). Cela signifie qu’il fait bien son travail.On ne peut pas dire d’une mauvaise personne que c’est quelqu’un de bien.

Dire; C’est Satan qui charge le fusil
Question:
On dit que c’est satan qui recharge une arme, lorsqu’elle est vide et qu’on la nettoie. Est-ce que c’est vrai?
REPONSE:
Non. On sous entend par cette expression que: “Lorsqu’une arme nous semble vide, il se peut qu’elle ne le soit pas. Satan peut nous faire oublier ou quelqu’un d’autres peut l’avoir chargé. Il faut être prudent avec les armes.”

Rire lors d’une moquerie
Question:
Y’a-t-il un inconvénient à rire lors d’un sketch ou d’un film comique sur les Chrétiens ou les Juifs?
REPONSE:
Cela n’est pas permis, si l’on se raille de Allahu Téâlâ, des Prophètes ou des Anges. Rire sciemment peut être un blasphème. Le rire involontaire n’est pas du kufr. Ce n’est pas non plus un blasphème de rire, des superstitions inventées par les non musulmans ou d’une croyance erronée. Car, lorsque eux-mêmes deviennent Musulmans, ils rient aussi, en se demandant avec étonnement comment ils ont pu croire à de telles superstitions.

Notre éternel ennemi
Question:
Est-il permis de dire; “Satan est notre éternel ennemi” ou ”La Grèce est notre éternelle adversaire”?
REPONSE:
Du point linguistique, on emploie le mot “Eternel” uniquement pour Allah. Mais on peut aussi l’utiliser dans le sens de “Depuis très longtemps” ou “Vieux” pour les créateurs.

L’expression; Comme le Paradis
Question:
Est-il permis de dire; “C’est paradisiaque” ou “On dirait le Paradis”, pour un lieu que l’on trouve magnifique?
REPONSE:
Oui, c’est permis, mais il faut savoir qu’on ne peut pas imaginer le Paradis et ses délices, car même les plus belles choses et les beaux endroits de la terre ne seraient comparables à ce qui se trouvent aux Paradis. Ce serait banaliser le Paradis.

Dire; Allah est kérim*(Le Tout-Généreux, le Noble-Généreux, le bienfaisant celui qui est plein de bonté, le plus estimé, le pur de toute abjection.)
Question:
Un ami Musulman a dit: “Il ne me reste plus que dix jours de charbons. Après cela, Allah est kérim.”. Et moi je lui ai répondu: “Repens toi, tu es devenu impie. Allah n’était-il pas déjà kérim (généreux) ?”. Mon ami n’a-t-il pas devenu mécréant?
REPONSE:
Il faut interpréter ce genre de paroles venant des Musulmans, il ne faut pas les accuser aussitôt de mécréance. Votre ami Musulman a voulu dire par là :“qu’il ne lui reste plus que dix jours de réserve de charbons. Après quoi, Allah m’ouvrira une issue de secours. Car, je sais qu’IL est très bienfaisant, le Très Généreux”.

Que Allah soit ton aidant, ton assistant
Question:
Un jour j’ai dit à un de mes ami; Que Allah soit ton aidant”; il m’a répondu; (L’aidant est celui qui vient en aide à celui qui ne connait pas bien son travail. Par exemple, on dit: “l’assistant du directeur”, celui qui est inférieur au Directeur. Il se peut que l’expression; Allah soit ton assistant ne soit pas convenable.) Ce n’est pas permis de dire; Que Allah soit ton aidant?
REPONSE:
On ne raisonne pas ainsi en religion. De plus, on ne prend pas en compte un seul sens d’un mot. Ici, on a voulu dire par: Que Allah soit ton aidant”, Que Allah te vienne en aide, te facilite la tâche. Et il n’y a aucun inconvénient à dire cela; Tous les savants ont employé ce terme.

Même s’il est détestable, il sied à l’homme d’être honnête,
Hazret-i Allah est l’aidant des justes.

C’est Allah qui t’a envoyé
Question:
Quelqu’un qui se rend auprès d’une personne qui a besoin d’aide, l’autre lui dit: “C’est Allah qui t’a envoyé”. Lorsqu’on dit une parole importante; on dit: “C’est Allah qui t’a fait parler”. Et-ce que c’est du kufr de parler ainsi?
REPONSE:
Non. C’est Allahu Téâlâ qui nous fait marcher, parler, vivre, mourir et nous envoie et toute nos affaires. Renier cela est du kufr. Selon l’interprétation d’un verset:
(Alors que c'est Allah qui vous a créés, vous et ce que vous fabriquez). [Saffat 96]

Dire; Je lui dois beaucoup
Question:
Est-ce correct de dire; je lui dois beaucoup de choses?
REPONSE:
On doit remercier celui qui nous a financièrement ou physiquement aidé. Il est dit que: (Celui qui ne remercie pas les les gens, n’aura pas été reconnaissant envers Allah.) Il n’y a aucun mal à dire: “Je lui dois beaucoup de choses”.

Dire; Min Malallah ya Muhsinin
Question:
Que signifie “Min Malallah ya Muhsinin”?
REPONSE:
Cela signifie: (Ô les détenteurs de bienfaits, les bienfaiteurs, les charitables, donnez aux pauvres besogneux de ce que Allah vous gratifié).

Dire; “Mère Fatima”
Question:
Est-ce permis d’appeler Hazret-i Fatima; “Mère Fatima”?
REPONSE:
Oui. Il est permis par respect, d’appeler; “Mère”, Hazret-i Fatima et toutes les épouses des nobles Compagnons. On peut aussi dire; “Mère”, aux femmes âgées, par respect.

La parole qui dit que: (Si l’on dit; Mère à une femme, on aura appelé son mari de Prophète. C’est pourquoi, si l’on dit Mère à Hazret-i Fatima, on aura appelé Hazret-i Ali de Prophète) est une parole fausse et inventée.

Dire; Être roi, à la place du roi
Question:
Les gouverneurs non musulmans sont appelés Roi, est-ce un blasphème si on dit à un Musulman; “Tu veux être roi, à la place du roi”?
REPONSE:
Non, ce n’est pas du kufr. C’est une expression qui est permise. Elle signifie: “Le propriétaire ou le responsable est d’accord, qu’est-ce que cela peut te faire?”.

Dire; İllallah
Question: L
orsque les enfants chahutent, on dit: “illallah”, Est-ce permis de dire cela?
REPONSE:
Oui. Cela signifie; “Seul Allah”. C’est-à-dire, que seul Allah peut résoudre cette affaire.

L’autre monde
Question:
Est-ce correct de dire l’autre monde, pour parler de l’au-delà (Akhira)?
REPONSE:
Oui.

Le Pont du Sirat
Question:
Est-il permis d’employer le terme; “comme le Pont de Sirat”, pour désigner un pont fin?
REPONSE:
Oui.

Le mauvais temps
Question:
Est-ce convenable de dire; “Les conditions du mauvais temps”ou “la contrainte du temps”?
REPONSE:
Oui. Car, le bien et le mal proviennent de Allah. Ceci est constamment rappelé dans Amentu. C’est Allah qui crée le beau temps ainsi que le mauvais temps. Selon l’interprétation du verset 62 de la sourate Zumar:
(Allah est le Créateur de toute chose).

Faire une estimation
Question:
Est-il permis de faire des estimations?
REPONSE:
Oui.

Allah aussi a un plan
Question:
Est-il permis de dire; tout le monde à un plan, même Allah à un plan?
REPONSE:
Oui, c’est permis.

Bonne chance
Question:
Est-il permis de dire Bonne chance?
REPONSE:
Oui.

Curieuse créature
Question:
Est-il permis de dire; Quelle curieuse créature!, pour un enfant né avec deux têtes?
REPONSE:
Oui. Cela revient à dire, Allah l’a créé ainsi. Allahu Téâlâ est capable de toute chose.

Ce que vous mangez est haram
Question:
Est-ce du kufr de dire à ses enfants; “Ce que vous mangez est haram”, même si la nourriture est halal?
REPONSE:
Non.

Tout est haram
Question:
Est-ce un blasphème, si l’on dit par colère: “Tout haram pour nous”?
REPONSE:
Non, ça ne l’est pas.

Je ne veux pas te voir
Question:
Est-ce du kufr de dire à un Musulman; “Je ne veux pas te voir dans l’autre monde (akhira)”?
REPONSE:
Non.

Lorsqu’un non musulman meurt
Question:
Est-il permis de dire; İnna lillah... lorsqu’un non musulman meurt?
REPONSE:
Oui.

De la terre au ciel
Question:
Est-il permis de dire; Tu as raison de la terre au ciel”?
REPONSE:
Oui.

IL protège par Son Hafiz
Question:
Est-il permis de dire; “Allah protège les vivants par Son Attribut Hafiz”?
REPONSE:
Oui.

Ne fais pas cela:
Question:
Est-ce qu’on aura qualifier de haram, si l’on dit à quelqu’un; “Ne fais pas cela, c’est un péché”, pour l’empêcher de commettre une chose mubah?
REPONSE:
Non.

Emploie du vouvoiement
Question:
Est-il permis de dire à Allah; “Pardonnez moi mon péché”?
REPONSE:
Oui.

Si j’étais un mufti
Question:
Est-ce du kufr, si je dis: “Si j’étais un mufti, j’ordonnerai une fetwa pour couper la langue des médisants?
REPONSE:
Non.

Dieu a trois droits
Question:
On dit; “Dieu a trois droits”. Est-ce que cela provient du Christianisme?
REPONSE:
Dans la religion Chrétienne, on croit à la trinité, le Père, le Fils et le Saint Esprit. Il se peut que cette expression est été dite pour le droit de chaque divinité. En İslam, il n’existe pas de telle chose.

Que vos affaires soient bénis
Question:
Est-il permis de dire, Bonnes affaires, à quelqu’un qui vend de l’alcool ou des jeux de hasards?
REPONSE:
Non.

Rois tyranniques
Question:
Dans certains contes et fables on décrit les padichas et les sultans comme des tyrans. Etait-ce réellement le cas?
REPONSE:
Les gouverneurs des pays non musulmans sont appelés; Roi. A une certaine époque, il régnait en France, en Angleterre et en Bulgarie des rois despotes. Donner le nom de roi à un padicha de l’İslam, qui est un Calife et un être cher, aimé et respecté des Musulmans, voudrait dire que c’est un mécréant. De plus, cela reviendrait à qualifier aussi son peuple d’ incroyant, puisque le roi est le souverain des non musulmans. En règle générale, les roi sont des tyrans. Lorsque des histoires de roi sont traduits, il arrive que de pareilles erreurs soient faites, en traduisant le terme roi, par padicha ou sultan. D’autres, confondent le Scha avec le Padicha. Par exemple, ils confondent Schah Ismail avec Ekber Schah, qui n’était pas un padicha Ottoman. Il ne serait pas juste d’imputer aux padichahs, les crimes et les atrocités commis par les rois et les schahs.

Paroles dans certaines chansons
Question:
On entend dans certaines chansons des paroles, telles que: “Allah, machaallah, inchaallah ou elhamdulillah ou encore wallahi billahi”, Est-ce correct d’employer ces termes?
REPONSE:
C’est un péché, c’est irrespectueux d’employer le nom de Allahu Téâlâ dans dans ces chansons. C’est comme jurer pour rien. Prendre à témoin le nom de Allah et jurer ainsi, à chaque fois qu’on a raison, c’est rabaisser le nom de Allahu Téâlâ et le serment. C’est une chose très laide de prêter serment en dénigrant ceux-la. C’est la même chose de prêter ainsi serment dans les chansons et les variétés de divertissements.

Dire, “qu’il fait trop chaud”
Question:
Un copain a dit: “Qu’est-ce qu’il fait chaud!”, et un autre lui a rétorqué: “ Parler ainsi, c’est irrespectueux envers Allahu Téâlâ, car c’est Lui qui a créé cette chaleur.” Est-ce une marque d’irrévérence envers Allah, si l’on dit: “Il fait trop chaud”, ou “Il fait trop froid, je n’aime pas le mauvais temps”..? Un autre de mes camarades, pour dire qu’il pleut beaucoup, a dit: “ Quel sale temps”, et un autre lui a répondu: “La pluie est une miséricorde, il ne faut pas la médire”. Ce sont des paroles à dire ou non?
REPONSE:
Aucune des paroles n’est irrespectueuse envers Allahu Téâlâ. L’expression; “Quel sale temps”, est employé au sens figuré, c’est une métaphore. Cela veut dire, “qu’il pleut tellement que cela entraine des inondations”. Il n’y a aucun mal à employer, le terme; “Les conditions météorologiques sont désastreuses”. Aucune de ces expressions n’est une critique de Allahu Téâlâ. Est-ce qu’on aura critiqué Allahu Téâlâ, si l’on disait; “Il fait très chaud en Enfer”? Ce n’est pas non plus une critique, si l’on dit; “Il est très difficile de jeûner par cette chaleur”. De même, il n’y a aucun péché à dire; “C’est très difficile de se lever pour la prière du matin”. Ce n’est pas non de la transgression envers Allahu Téâlâ, si l’on dit; “je ne peux plus tenir, j’ai trop mal à la tête ”, alors que c’est Allah qui donne la maladie. Il n’y pas non plus de mal, à dire; “j’ai un trop mauvais destin.”

Qualifier de Bigot, un Musulman
Question:
Est-ce permis de nommer de “Bigot (faux dévot, qui imite la dévotion)”, un Musulman qui ne nous plait pas à cause de son comportement?
REPONSE:
Il est formellement inconvenant d’appeler un Musulman de Bigot. Il y a un même un risque de blasphème, car les ennemis de l’İslam, utilisent ce terme pour rabaisser les Musulmans qui sont attachés à leur religion, qui prient, qui pratiquent le jeûne, qui se voile, qui ne picolent pas et qui s’abstiennent du haram. C’est comme dire insulter d’attarder. Comme ils n’osent pas dirent directement le mot Musulman, ils emploient des termes tels que; arriéré, bigot. Le Musulman ne doit pas employer ces termes utilisés par les gens hostiles à l’İslam pour désigner un Musulman. Si cela a été le cas, il doit se repentir.

Mêler l’intérêt aux adorations
Question:
Est-ce du chirk, si on fait le kaza d’un jeûne pour Allah, en qu’en même on se dit; cela me fera maigrir et j’arrêterai aussi la cigarette?
REPONSE:
Ce n’est pas du chirk, si on fait l’intention de jeûner pour Allah et qu’ensuite on pense à notre santé physique. On est ainsi libéré de la dette du jeûne.

Il n’y a aucun mal à commencer le jeûne avec l’intention de jeûner pour l’agrément de Allah et de se dire ensuite, “Le jeûne peut être l’occasion de cesser de fumer et de m’aider à maigrir”. Ce qui est problématique, c’est de jeûner pour des intérêts mondains, comme de maigrir, pour arrêter la cigarette. Par exemple, il n’y a aucun mal, à penser que; “ notre visage et nos mains sont propres” lorsqu’on a fait notre ablution, ou se dire; “J’accomplie par ailleurs suffisamment d’exercices physiques”, lorsqu’on a fait sa prière.

Les torgnoles viennent du Paradis
Question:
Est-ce correct de dire que les coups proviennent du Paradis?
REPONSE:
Non, il ne faut pas dire cela. Car, il n’y a rien de déplorable au Paradis.

Dire les Gens ont péri
Question:
On dit que celui qui dit suivant le hadis-i chérif: “Les gens ont péri”, c’est lui qui périra. Comme on le sait tous, la plus part des gens sont des mécréants. Ce n’est pas permis de dire que; “les mécréant sont perdus”?
REPONSE:
Bien évidemment cela est permis. Il n’y a aucun mal à dire: (Le monde rempli de kouffar va à sa perte). Il est dangereux de se considérer supérieur aux non musulmans. Le mécréant peut se convertir à l’İslam et devenir Musulman, et inversement on peut mourir mécréant, que Allah nous en préserve. Il serait inconvenant de nous considérer, avant de mourir avec la foi, comme étant sauvés et eux comme étant damnés. De toute façon, c’est du kufr de croire qu’on est à coup sûr sauvé.

Si l’alcool (le vin) était halal
Question:
Est-ce du kufr de dire: “Si le vin était licite, je ne serai jamais sobre. Si l’intérêt était licite (halal), je serai un riche usurier”?
REPONSE:
C’est du kufr de vouloir qu’une chose haram déclarée par les religions, soit halal; telles que le zina (l’adultère) et le riba (l’intérêt). Mais, ce n’est pas du kufr de vouloir que le vin soit halal. Car, le vin n’était pas interdit dans toutes les religions. (Islam Ahlaki)

Critiquer le Paradis
Question:
Est-ce du kufr si on écoute la chanson qui comporte les paroles suivantes; “Je n’échangerai pas un de tes cheveux contre le Paradis”.?
REPONSE:
Ce n’est pas du kufr en sachant que ce qui est dit est faux, mais, c’est haram car il y a de la musique. C’est du kufr de considérer le Paradis sans valeur et d’approuver cette parole. Il n’y a aucun mal, si on se trouve dans un endroit et que ce genre de chanson nous parvient à l’oreille sans le vouloir.

Approuver le travail d’un kafir (non musulman)
Question:
On dit qu’il est dangereux de dire; “C’est un bon médecin, pour un médecin non musulman”, “C’est un spécialiste du mobilier, pour bon menuisier”, Pourquoi est-ce que c’est risqué de dire cela, on ne vante pas sa religion? Pouvez vous nous expliquer la subtilité?
REPONSE:
Le Kafir est hostile à Allah. On ne peut pas dire de quelqu’un qui est ennemi à Allah, que c’est une bonne personne. Lorsqu’on vante les qualités humaines d’un non musulman, telles que; “son caractère, sa générosité”, on ne doit pas comprend que l’on parle de sa foi, dire que c’est une bonne personne. Il n’y a aucun mal à dire qu’il est simplement “généreux”, mais on ne doit pas dire; “Il est généreux, c’est quelqu’un de bien”. Car, si l’on dit cela, on pourrait croire que l’on vante aussi sa religion. Et ceci, est certes très dangereux. S’il n’y a pas de tels sous-entendus, alors, il n’y a pas de mal à dire que c’est un as dans son métier. Par exemple, dire que c’est un bon médecin, en parlant de son professionnalisme dans le domaine de la médecine. Sinon, on ne dit pas; “C’est un bon médecin”, dans le sens de ; “C’est quelqu’un de bien”. Toute la nuance est là.

La révérence envers un athée
Question:
La plupart de mes professeurs de faculté, sont hostiles à la religion. Je suis obligé de leur montrer du respect. Je les appelles, “Maitre”. Lorsque je les contactes ou les rencontres, je leur dit: “Cher maitre”. Est-ce que c’est un blasphème?
REPONSE:
Les termes “Maitre” ou “Cher maitre” sont des règles d’usage. Ce n’est pas un blasphème d’utiliser de telles expressions d’usages. Utiliser ces termes lorsqu’on y est obligé, n’est pas du kufr. Par exemple, ce n’est pas du kufr si on se lève sans le vouloir, par reflexe lorsqu’ils arrivent. Par contre, cela devient un blasphème, si l’on montre de la révérence à un non musulman, volontairement et sans y être contraint.

Se moquer des ouvrages religieux
Question:
Un imam de la mosquée a dit au sujet des sites; www.hakikatkitabevi.com et www.dinimizislam.com que ce sont des sites comiques. Est-ce convenable de qualifier de burlesque des sites religieux?
REPONSE:
C’est très dangereux de qualifier de burlesque, des ouvrages, des écrits religieux et les savants qui sont cités sur ces sites. On publie sur ces sites, des écrits sur la foi et les adorations communiqués par les savants de Ahl-u sounna. Ces connaissances sont tirés des précieux ouvrages, on y trouve, les piliers de la foi et de l’İslam, les interprétations des nobles versets et hadis-i chérif, les paroles des éminents saints, des histoires.

C’est du kufr de se moquer de l’un des savants islamiques, dénigrer ces précieuses connaissances, mépriser, rabaisser l’un des ouvrages religieux qui transmet l’İslam. Quiconque commet de tels calomnies perdra sa foi et deviendra kafir. [Birgiwi, S. Ebediyye]

C’est un blasphème de se moquer des sciences islamiques. Quiconque insulte ou méprise un savant islamique sera kafir (mécréant). [Berika, Islam Ahlaki]

Si le calomniateur est un athée, un franc-maçon ou un hérétique, il n’y a pas de risque qu’il perde sa foi. Car, de toute façon, ils sont sans foi. On ne peut pas perdre une chose, que l’on ne possède pas. Seul, le Musulman peut perdre sa foi.

Les Paroles qui entrainent le kufr
Question:
Est-il vrai qu’on ne qualifie pas de mécréant un Hanafite qui prononce une parole ou commet un acte déclaré comme blasphématoire selon la majorité des savants Hanafites, mais que cela ne soit pas considéré comme un blasphème selon un seul savant d’un autre madhhab?
REPONSE:
Oui, c’est vrai. Même si dans son madhhab cette parole est un blasphème, et si un seul savant déclare cette parole comme n’étant pas du kufr, on ne qualifie pas de cette personne de kafir. On parle bien évidemment ici, d’un savant de Ahl-u sounna qui a reçu l’idjaza (personne ayant la permission, l’autorisation, un diplôme d’enseignement des sciences de l’İslam). Et non pas des diplômés de théologie de nos jours. Hazret-i İbn Abidin a dit:

Même s’il existe un jugement faible qui déclare que le Musulman n’est pas un kafir, et même si ce jugement n’appartient pas à notre madhhab, on doit appliquer ce jugement faible, on ne doit pas rendre une sentence qui qualifie ce Musulman de mécréant. Car pour pouvoir rendre une fatwa sur l’incrédulité d’un Musulman, il faut que cette parole soit considérée comme un blasphème par l’ensemble des savants de l’İslam. " [Redd-ul Muhtar]

De même pour la prière, si selon certains savants, la prière est fasid, c’est-à-dire rompue, et que selon un savant, il déclare que la prière est sahih, on doit rendre la sentence (fetwa) selon l’avis de ce dernier. Car, il est dit dans l’ouvrage “Targhib-us-salat”, que: (Si selon neuf savants, ils déclarent que la récitation dans la prière de celui qui prie n’est pas correcte, mais qu’un savant considère qu’elle est correcte. On ne doit pas déclarer sa prière comme invalide.) [İslam Ahlaki]

Faire un bonhomme de neige
Question:
Un wahhabite du nom de Cheykh el Munajid a déclaré sur la chaine de télévision Saoudienne El Arabiya que: “Même si c’est pour jouer, c’est du chirk et de l’idolâtrie de faire un bonhomme de neige.) Est-ce permis de fabriquer des jouets, des poupées et des bonhommes de neiges?
REPONSE:
Oui c’est permis. On ne vénère pas les poupées et les bonhommes de neige.

Pour exemple, il est permis de prier sur un tapis où il y a une représentation humaine, mais il n’est pas permis de prier avec un tapis où figure la Kaaba. Car, poser par terre le tapis avec une image de la Kaaba est une offense. On ne doit pas poser par terre des choses qui sont sacrées.

Il est permis de prier avec un tapis où il y a des images, à condition qu’il n’y ait pas d’image à l’endroit de la prosternation. Ceci étant, on ne doit pas prier sur des tapis qui comportent des images, car cela gêne la concentration. L’interdiction de ne pas prier n’est pas dû à l’image, mais parce que cela empêche de se concentrer. Jouer par terre avec les poupées en jouet, c’est un signe de non respect. On construit pas un bonhomme de neige pour le vénérer.

La qualification par les wahhabites de chirk ou d’idolâtre est sans valeur. Ces gens inventent de tels prétextes pour accuser les Musulmans d’infidèle.

Dire; Machallah à la pluie qui tombe
Question:
On entend dire par certains: “Il ne faut pas dire Machallah, lorsqu’il pleut”. Quel mal y’a-t-il à dire cela?
REPONSE:
Machallah, signifie; “Par la volonté et la grâce de Allahu Téâlâ”. N’est-ce pas Allahu Téâlâ qui nous gratifie de la pluie? Il n’y a aucun inconvénient à dire “Machallah” pour ce bienfait ainsi qu’à tous les autres.

 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
19 Haziran 2018 Salı
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net