Page d’Accueil Qui Sommes Nous Glossaire Islamique Commande de Livres Quibla Liens Contact
Français  >  Menstruations [règles] et Lochies  >  Les permissions en état de menstruations et de lochies

Taille de la police      Imprimante
 
Les permissions en état de menstruations et de lochies

Elle peut faire tout sauf les interdictions qu’on a déclarées dans le dossier (lien) précédent. Par exemple, elle peut faire ceux-ci :
1-La femme en état de menstruations (règles) peut réciter la Basmala [Bismillahirrahmanirrahim], salavat-i chérifé [salutations à Notre Prophète], kélimé-i tawhid [la profession de foi] ainsi que toutes les invocations. Elle peut réciter par cœur les versets du Coran invocatifs comme Fatiha, Rabbéna atina, Rabbenegfirli et d’autres en ayant l’intention de les réciter comme invocation (doua). Elle peut aller visiter les tombes en état de règles, elle peut y réciter la sourate Fatiha en ayant l’intention de la réciter comme invocation. Si, à chaque temps de la salat (prière rituelle=namaz) quotidienne, elle pratique l’ablution mineure et si elle récite des invocations, elle se rappelle d’Allah le temps équivalent à l’accomplissement de cette prière, elle aura la récompense équivalente à sa salat qu’elle avait accomplie de la manière parfaite.

2- Il est makrouh (répréhensible, interdit) pour le djunub, de couper les cheveux et les ongles et mais cela n’est pas makrouh pour la femme en état de menstruations. Elle peut faire colorer ses cheveux aussi bien quand elle est djunub que quand elle est en état de règles. Elle peut manger et boire en état de menstruations ; mais manger et boire quand on est djunub sans se laver la bouche est makrouh (déconseillé) et provoque la pauvreté. Il n’est pas péché, pour celui qui s’est réveillé la nuit au mois du Ramadan pour jeûner le lendemain et qu’il a constaté qu’il est devenu djunub, de manger et de boire en ayant seulement lavé sa bouche, et de pratiquer la grande ablution (ghousl) s’il ne reste pas beaucoup de temps pour le lever du soleil. (Halébi)

[Djunub veut dire la personne qui n'a pas pratiqué le ghousl (la grande ablution) alors qu'elle doit obligatoirement l'accomplir. Par exemple, celui qui a des relations sexuelles devient djunub et tant qu'il n'accomplit la grande ablution, il reste djunub.]

3- Si la femme djunub voit ses règles, il sera bien qu’elle pratique le ghousl (la grande ablution) pour son état d’impureté (djénaba), il est aussi permis, pour elle, d’attendre le terme de ses règles et de pratiquer une fois le ghousl pour ces deux cas. Il est déconseillé (tanzihi makrouh) de manger et de boire, pour le djunub, sans se laver la bouche. Il n’en va pas de même pour la femme en état de menstruations. Il n’a pas été ordonné d’accomplir le ghousl en état de règles. La femme en état de menstruations peut allaiter son bébé sans se laver la poitrine. Mais il est makrouh (répréhensible, interdit) pour la femme djunub d’allaiter son bébé sans se laver la poitrine. (Hadika)

4- La personne djunub entendant le verset du Coran nécessitant la prosternation de lecture (sajda-i tilavet), la fait après s’être purifiée. Mais, il n’est pas besoin pour la femme en état de lochies et de menstruations de la faire par après, quand elle sera purifiée.

5- La femme en état de métrorragie (istihaza), celui qui est incontinent [qui n’est pas capable de tenir son urine], celui dont le nez saigne sans cesse ou la femme qui a un écoulement de sang, est « excusé ». Il faudra que la personne se trouvant dans ces états pratique la salat et le jeûne et il sera aussi permis d’avoir des relations sexuelles même si le sang s’écoule. Le sang de métrorragie est un signe de maladie. S’il apparaît longtemps, il faut consulter un médecin.

Question : Peut-on faire l’invocation et dire le salévat [salutation à Notre Prophète] alors qu’on n’a pas accompli l’ablution mineure (woudou) ?
REPONSE
Il n’y a pas d’inconvénient à réciter des invocations, des salutations (salavat-i chérifé) sans avoir accompli le woudou. Réciter ceux-ci, aussi bien en se reposant qu’en travaillant, ce sera très bien, récompensé. Si on les récite en ayant pratiqué le woudou, ce sera plus récompensé. Mais si on n’a pas accompli le woudou et voire même en état de menstruations, il n’y a pas d’inconvénient à les réciter.

Question : Peut-on lire et transporter en main, en état de menstruations [règles], le Mektubat et un livre de fiqh (jurisprudence islamique) ?
REPONSE
On peut lire et on peut les transporter en main en cas de besoin.

Question : Vous dites d’accomplir la prière rituelle (salat=namaz) la nuit, de jeûner la journée, de réciter le Coran lors des nuits sacrées. La femme en état de menstruations ne peut effectuer aucune de ces adorations. Que nous conseillez-vous de faire lors de ces nuits sacrées ?
REPONSE
La femme en état de règles (menstruations) peut effectuer les adorations suivantes :
1-Elle peut s’acquitter de l’aumône (sadaka).

2- Si quelqu’un récite le Coran, à la maison, elle peut l’écouter.

3- Elle peut faire chaque genre de dhikr [invocation] et de doua.

4- Elle peut apprendre la science ce qui est plus précieux que les 3 premiers choix. Dans les hadiths, il est déclaré :
(Apprendre la science pendant une heure est plus précieux que de faire des adorations tout au long de la nuit jusqu'au matin. Apprendre la science durant un jour, est plus précieux que de jeûner [surérogatoirement] 3 mois.) [Abou Nuaym]

(Apprendre la science est plus précieux que la salat, le jeûne, le hajj et le djihad.) [Deylemi]

(Même celui apprendre la science sans pourtant l'appliquer, atteindra plus de récompenses que s'il avait pratiqué mille rak'a [rituel] de salat [surérogatoire]. S'il applique ce qu'il a appris ou s'il l'enseigne aux autres, il atteindra aussi bien la récompense de sa pratique que la récompense des personnes qui appliqueront sa science et ce, jusqu'à la fin du monde.) [Hatib]

(Apprendre un sujet [quelconque] de la science est mieux que toute chose se trouvant dans le monde.) [Tabarani]

Cette importance de la science est due à la validité des adorations. Dans un hadith, il est dit:
(Celui qui pratique des adorations sans savoir la science de la jurisprudence islamique [fiqh], est comme celui qui construit un bâtiment la nuit et qui le détruit le matin.) [Deylemi]

Maintenant vous pouvez peut-être demander d'où et comment peut-on apprendre la science. La science la plus convenable c'est de lire les livres d'ilmihal. [Ilmihal veut dire le livre qui traite en résumé des sujets que chaque musulman doit connaitre c'est-à-dire la croyance, l’adoration et la morale.] Pour cela, nous vous conseillons de lire les livres publiés par la Librairie Hakikat: www.hakikatkitabevi.com

Question:
Pouvons-nous réciter la Fatiha lors de la visite des tombes alors que nous sommes en état règles et intercéder la récompense à l'âme du mort?
REPONSE
Oui, vous pouvez la réciter et l'intercéder.

Question: Est-il permis, en état de menstruations, d'accomplir le ghousl (la grande ablution) et le woudou (l’ablution mineure)?
REPONSE
Oui, c'est permis. Mais, il n'est pas permis de pratiquer la salat et de lire le Coran grâce à cette ablution. Si, à chaque temps de la salat quotidienne, une femme en état de règles (menstruations) pratique l’ablution mineure et si elle récite des invocations, elle se rappelle d’Allah le temps équivalent à l’accomplissement de cette prière, elle aura la récompense équivalente à sa salat qu’elle avait accomplie de la manière parfaite. (Ey Ogul Ilmihali)

Question: La femme en état de règles peut-elle visiter les tombes?
REPONSE
Il n'y a pas d'inconvénient, pour la personne en état de règles ou d'impureté (djénaba), de visiter les tombes. (Fétéva-yi Hindiyyé)

La femme en état de menstruations, peut, auprès de la tombe, réciter la sourate Fatiha en ayant l'intention de la réciter comme invocation et intercéder sa récompense au mort. Mais, réciter chaque invocation en ayant accompli le woudou est préférable.

Question: Faut-il laver les ongles coupés et les cheveux tombés en état de menstruations, lorsqu'on accomplit le ghousl au terme des règles?
REPONSE
Non, il ne faudra pas les laver. Il est autorisé de couper les ongles en état de règles et makrouh (répréhensible) de les couper en état de djénaba (impureté).

Question: Y-a-il un inconvénient à ce que les femmes, en état de règles, visitent les tombes ou les tombeaux?
REPONSE
Même s'il est mustehab (apprécié) de faire la visite des tombes en ayant accompli le woudou, il est aussi autorisé de la faire en état de règles. Ce sera contraire à la bienséance de visiter les tombes des grands savants islamiques en état de menstruations. Lorsqu'on leur rend visite, il faut pratiquer le woudou, et ce sera très bien de pratiquer aussi le ghousl. Les femmes visitent-elles chaque jour les tombes, pour qu'elles aient aussi besoin de les visiter en état de menstruations. Mais, s'il y a un besoin pour cela, il est aussi permis visiter en état de règles.

Les ayats (versets du Coran) d'invocation (doua)
Question:
Est-il permis, en état de menstruations ou de djénaba (impureté), de réciter les versets du Coran d'invocation en ayant l'intention de les réciter comme invocations? Est-il autorisé de réciter les sourates Ayet-el Kursi et Ikhlas en ayant l'intention de les réciter comme invocations?
REPONSE
Il est permis de réciter les versets d'invocation comme Rabbéna atina, Rabbenagfirli, en ayant l'intention de les réciter comme invocations. Il est aussi permis de réciter la Fatiha avec ou sans Basmala, en ayant l'intention de la réciter comme invocation. Les sourates Ayet-el Kursi et Ikhlas ne sont pas des invocations, la femme en état de règles ou le djunub ne peut pas les réciter.
 
Retour
 
 
 
CLAVIER  


http://www.notrereligionislam.com/detail.asp?Aid=4787
Date de mis à jour
17 Ocak 2018 Çarþamba
Les informations dans notre site sont préparées pour le profit de tous les humains. Tout le monde
peut s'en servir,  sans autorisation, à condition de rester fidèle à l’original.
Faire ma page d’Accueil  |   Ajouter aux Favoris  |  Share Partage
Nombre de Visiteurs


Hosted by Ihlas Net